Test de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes et Phantom Pain

Le retour fracassant de Big Boss (Snake) dans une aventure sans frontière!

Histoire de la licence

La licence Metal Gear a vu le jour sur en 1987 sur une console peu connu la MSX2. Cette saga épique a accompagné de nombreux joueurs -dont moi- dans leur histoire avec le jeu vidéo. C’est pour cela que je ne détaillerai pas l’histoire de la licence, qui aura un dossier complet au vu de la complexité de sa timeline et de son intrigue.

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes

Metal Gear Solid V: Ground Zeroes - écran de départ

Y-a-t il un pilote dans le carton ?

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes aurait du ne faire qu’un avec Phantom Pain. Toutefois, Hideo Kojima eût pour idée de séparer cet épisode comme un prologue ou épisode pilote. Beaucoup ont vu ce épisode comme un moyen de générer plus d’argent sur le titre global. Pourtant, l’idée était de fournir une pré-expérience de jeu et ainsi recueillir des retours des joueurs pour améliorer le titre complet.

Histoire

Nous sommes en 1975 juste après les événements de Metal Gear Solid : Peace Walker. Big Boss et Kazuhira Miller sont à la tête d’une armée de mercenaire « Militaire sans Frontière ». Leur QG « Mother Base » est sur le point d’avoir une inspection de l’ONU. Chico, un enfant soldat, est partie à la recherche de Paz, un agent double-triple de Cipher. Celui-ci se fait prendre et appel à la rescousse Snake ! C’est là que nous apprenons qu’ils sont détenus dans le camp Ω par des Marines sur l’île de Cuba.

Dans la scène d’introduction, nous verrons brièvement Skull Face commandant de unité XOF qui semble être à la tête de ce camp.

Metal Gear Solid V: Ground Zeroes - Skull Face Metal Gear Solid V: Ground Zeroes - capture hélicopterMetal Gear Solid V: Ground Zeroes - XOF

 

Durée de vie

Des joueurs ont eu de la frustration à cause de la faible durée de vie de la mission principale environ 2h. Cependant, la rejouabilité du titre permet de passer bien plus de temps dessus. Je devais être vers les 8-10 % de complétion après cette mission principale en mode normal. Le calcul est vite fait alors que l’on voit d’autres jeux vendus au prix fort pour 15-20h de jeu. Tout ce la reste en admettant que le pourcentage de complétion correspond aussi à une durée de vie équivalente pour chaque pourcent.

Metal Gear Solid V : Phantom Pain No pain, no gain !

Metal Gear Solid V : Phantom Pain - écran de départ

Histoire

Après la mission de Gound Zeroes, Big Boss est passé pour mort. En fait, il était dans le coma depuis 9 ans ce qui nous amène en l’an de grâce 1984 (super année). La légende de Big Boss a perdu de son éclat mais nous allons y remédier, venger la mort de nos camarades et retrouver Kaz pour savoir tout ce qui s’est passé durant le coma. Pour cela, il nous faudra reconstruire une Mother Base ainsi que recruter sur le terrain.

Metal Gear Solid V : Phantom Pain - écran pre-mission

Level Design

L’aventure se déroule en Afghanistan et en Afrique centrale en passant par Chypre. Cette diversité nous donne l’occasion d’avoir trois biomes différents. Contrairement aux autres épisodes de la série, nous avons ici un monde ouvert que l’on peut parcourir intégralement. En véhicule, à cheval, à pied ou carton, nous découvrons la faune, la flore et des villages ou des avant-postes. A noter que nous ne croisons que peu -très peu- de civil. Ce détail peut réduire en partie la finesse d’action. Le monde ouvert de Metal Gear Solid V intègre les conditions météorologiques et horaires. Nous aurons la possibilité de faire des missions de nuit et en pleine tempête de sable. La lumière est très bien gérée entre les effets d’éblouissement qui sont au rendez vous et les missions dans la nuit noire.

Les jumelles s’en mêlent!

Vites mes jumelles, nous approchons d’un campement ou base. De nombreuses petites nouveautés ont été implémentées dans cet opus. La première serai la place prépondérante des jumelles. Elles nous permettent de marquer, suivre ou même définir le niveau de compétence de la sentinelle pour choisir de la recruter ou non. Une fois notre marquage de fait, il faudra extraire notre cible et pour cela une grande nouveauté : le fulton ! Il s’agit d’un ballon auto-gonflé que l’on fixe à un humain ami ou ennemi, un animal, un conteneur, un équipement ou encore un véhicule pour l’exfiltrer (le piquer) pour Mother Base.

Metal Gear Solid V : Phantom Pain - conduite de véhicule Metal Gear Solid V : Phantom Pain - Sniper des moutons

Un petit nombre de véhicule est présent durant l’aventure et cela va de la jeep au tank en passant par des artilleries mobiles. Nous compterons aussi sur l’appui d’équipiers de choc : DogMeat D-Dog un chien, un cheval et un personnage que tout le monde a déjà vu mais pas de spoil !

Metal Gear Solid V : Phantom Pain - NightvisionMetal Gear Solid V : Phantom Pain - récompense de relation

This is the iDroid you looking for!

Mother Base est une partie du gameplay de par sa gestion via l’interface iDroid de Snake et l’évolution des équipement de ce dernier. Nous pourrons agrandir les plate-formes afin d’héberger plus de combattants et équipements.

Metal Gear Solid V : Phantom Pain - gestion de la base Metal Gear Solid V : Phantom Pain - Amélioration d'une FOB

Un environnement ouvert pose aussi des contraintes de gameplay évidente, tel que l’équipement et son transport. Maintenant, il apparaît sur le personnage et se voit donc plus réaliste. Nous n’allumerons plus les ennemis avec un bazooka, un sceau de grenade et un tank dans la poche. Faudra choisir et faire évoluer son équipement avec de la recherche et du développement. Par ailleurs, les munitions n’étant pas illimitées, il nous faudra faire appel de temps à autres à des ravitaillements. Sous forme, d’une caisse parachutée sur la position de votre choix : un terrain vague, à coté de vous ou même sur un adversaire pour le sonner.

Le gameplay offre de bonnes sensations qui permettent de bien s’imprégner de l’esprit action et infiltration. La manière, forte ou douce, est un choix important en général mais là, souvent, nous opterons pour la manière douce afin de pouvoir recruter et faire évoluer Mother Base.

D’ailleurs, un mode joueur contre joueur apparaît après une mission . Le principe est simple : création d’une base avancée (FOB) et y mettre des soldats pour la défendre. Ensuite, il nous reste plus qu’à tenter d’infiltrer les bases d’autres joueurs ce qui n’est pas toujours une chose aisée. Cette base avancé c’est une Mother Base bis, on comprend alors pourquoi nous avons accès à des personnalisations de la base.

Metal Gear Solid V : Phantom Pain - historique des combat en FOB

Passes moi le Pain

Tout ça est bien joli. Cependant, il y a des points qui fâchent et ceux qui y ont joué le savent très bien. Donc oui, on aime la saga, l’histoire et la patte de Kojima mais y a pas que ça. Au début du jeu, vous aurez de l’image qui pète, de l’action, de l’am… ah non.  Ce jeu est un soufflé. Il commence en trombe avec des préliminaires intéressants sur Ground Zeroes. Le début de Phantom Pain met le rythme et on commence à se dire « on y est là », « ça va démarrer » et non. Tout simplement, non.

Quelques missions intéressantes pour la trame principale et parfois aussi dans les missions secondaires, mais c’est tout. Nous devrons assassiner, exfiltrer, détruire … et tout ce qui est à la base de l’infiltration. Toutefois, nous avons des missions qui sont des remakes de missions. Quand c’est dans deux jeux différents, ça peut passer, mais là c’est dans le même ! Si c’était fait qu’une fois…Exfiltrer le fermier légendaire du coin (cette mission n’existe que pour l’exemple) Cette mission est tout bonnement redondante. On l’a fait plusieurs fois, car les infos étaient fausses ce qui nous fait exfiltrer le fermier presque légendaire. Alors oui, il y a des niveaux de difficultés différents pour rendre l’expérience plus corsée mais ça reste répétitif.

On est dans un Metal Gear, y a pas de doute. Nous avons l’univers et l’histoire. Le titre est bon mais … c’est un Metal Gear ce qui le rend un poil décevant comparer aux attentes des joueurs. L’expérience de monde ouvert de Kojima ne rivalise pas entièrement avec les monstres du genre. Cependant, il tire sa force de la licence et des personnages charismatiques qu’elle contient. Je vous le recommanderai, tout de même, mais en prenant du recul sur vos attentes.

J’ai volontairement occulté MGS Online car je ne l’ai pas testé réellement par manque d’intérêt. D’autre part, j’espère ne rien avoir spoilé de ce jeu.

Bon jeu à tous !

 

idsquare

Passionné de jeux et d'expériences vidéoludiques. Je suis le mec derrière toi au couteau dans CS ou qui t'expulse hors de la map dans les FPS. En dehors de ça, je joue à trop de jeux différents.

Commentaire (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.